• Le témoignage passionnant de Raphaël COURROUX, CIO

    En guise d’introduction, quelques informations complémentaires sur mon environnement :

    J’ai la chance (ou le handicap c’est selon) d’exercer mes talents dans une structure territoriale (un syndicat) très industrielle, et donc très atypique : la station d’épuration d’Achères (78) maintenant dénommée « Seine aval », la plus grosse station d’épuration d’Europe (env 1,5 millions de m³ d’eaux traitées chaque jour), régie directe, environ 800 agents sur ce site principal (1750 en tout).

    Depuis les années 2000, la prise de conscience de l’impact de l’homme sur son environnement fait régulièrement évoluer les réglementations (loi sur l’eau, DERU, DCE, …). Sur Seine aval, cela se traduit par une exigence accrue en matière de résultats de traitement et donc le replacement des anciennes installations de traitement par des infrastructures nouvelles plus performantes.

    C’est principalement dans ce cadre de mutations technologiques rapides que j’interviens.

    Soyons clair, il s’agit dans la plupart des cas de réorganisations de niveau 3 (type « restructuration ») et 4 (type « refondation »).

    D’ailleurs le programme de remplacement des anciennes installations par des infrastructures nouvelles s’appelle la «Refonte » de Seine aval et s’étale jusqu’en 2030 !

    Dans 90% des cas j'assure également le suivi et l'assistance à la mise en œuvre des projets de réorganisations.

    Mes interventions sont conjointes avec un prestataire externe qui officie au sein de la Direction Générale, au déploiement d'un plan stratégique de restructuration complète de la collectivité, avec notamment des parangonnages et des partenariats européen et internationaux.

     

    Quel est ton parcours ?

    Je dirais que ce qui caractérise mon parcours c’est que c’est un parcours par éliminations conscientes ou non, totalement atypique, très loin du plan de carrière !

    Né au début des années 70, je suis plutôt un mauvais élève en primaire mais je m’éclate au collège et au lycée dans les matières « non sélectives »

    Je m’oriente vers un BAC F7’ (STL actuel) parce qu’il me permet d’éprouver ma curiosité et la méthode scientifique, mais se révèle une impasse professionnelle (les 90’s c’est les débuts de l’automatisation des analyses dans les laboratoires.)

    Pause militaire obligatoire (oui ça a existé !) puis formation GRETA  "CAP de traitement de l’eau".

    Je fini par trouver un poste en fabrication pharmaceutique dans une unité de biotechnologie. C’est ma première expérience du travail en 3x8.

    Je quitte la production pharmaceutique pour une station d’épuration industrielle toujours en 3x8, que je quitte pour un poste axé nettoyage industriel dans l’industrie agroalimentaire 100% de nuit cette fois, le tout saupoudré d'intérim entre chaque poste !

    Nous sommes déjà en 2002 et j’ai un CV qui transpire l’instabilité… C’est le lot de la plupart des personnes de ma génération qui ne peuvent pas justifier d’autre chose qu’un BAC Techniques dans un monde de BTS.

    Par conviction je décide d’intégrer la fonction publique et trouve un poste d’agent d’exploitation de station d’épuration. Retour au roulement 3x8, bonjour Seine aval !

    Avec le recul, ce poste c’est finalement la synthèse de tout ce que j’ai fait avant : le traitement de l’eau c’est de l’élevage de bactéries, ce que j’ai appris au lycée, c’est également ce que j’ai pratiqué en production biotechnologique dans des conditions beaucoup plus draconiennes et c’est du nettoyage industriel… d’eau ! Ne manque que la composante animation puisque j'ai été animateur et occasionnellement formateur BAFA pendant presque 10 été…

    Je m’ennuie rapidement sur ce poste et passe des concours – merci la FPT pour cette possibilité offerte aux "cancres" comme moi – d’agent d’exploitation de station d’épuration en 2002 je deviens, en 2009, responsable d’une équipe 3x8, véritable pilote en temps réel de l’ensemble des installations de cette station d’épuration d’exception.

    C'est sur ce poste que je découvre mon appétence pour le management, l'accompagnement des agents dans leurs missions, dans leurs projets professionnels, les éclairer, les aider à s'orienter et à devenir autonomes. C'est de l'animation pure.

    A l'occasion d'une réorganisation impactant mon service et mon équipe j'ai presque une révélation : l'organisation, c'est le levier qu'il me manque pour aller plus avant dans l'accompagnement de "mes" agents.

    Fin 2017, le CIO en place depuis 2012 quitte ma collectivité et je n'hésite pas plus de 24h pour proposer ma candidature sur le poste.

    A ma grande surprise je suis retenu, et je démarre cette nouvelle carrière en janvier 2018, en autodidacte, avant d’attaquer en 2019 (et dans le désordre) l'itinéraire de Conseiller Interne en Organisation du CNFPT qui m'a permis de mieux structurer mes interventions… et de mesurer les écarts existants entre ma collectivité et ce qui se passe ailleurs dans la FPT.

     

    En tant que CIO, as-tu eu des missions plus marquantes que d'autres ?

    Non, en réalité, je ne pense pas avoir eu de missions plus marquantes que d'autres.

    Chaque mission est alimentée par les réflexions, retours d'expérience et autocritiques de l'animation des précédentes.

    Pour l'instant cela ressemble à une longue mission sans fin, comme un tout avec de nombreuses étapes.

    Je mets tout ça dans un shaker et je capitalise ! C'est assez simple quand on travaille en interne.

    Mais toutes les missions sont marquantes. Ici c'est la durée, là c'est l'urgence, une autre sera marquée par l'ampleur des effectifs impactés ou bien la subtilité des leviers utilisés.

    Une expérience particulièrement intéressante a été de basculer rattachement hiérarchique de mon poste de CIO de la direction vers le service RH avec à la clef une meilleur acceptation/compréhension du rôle de facilitateur, loin de la perception initiale d'ingérence de la direction dans le fonctionnement des services.

    Je retiens également que certains projets d'ampleur doivent être "découpés" en sous projets à coordonner (j'ai eu jusqu'à 24 GT simultanés pour 7 projets distincts…)

     

    Quels conseils donnerais-tu à un.e CIO qui débute ?

    La mission de CIO dépend beaucoup de la maturité de l'organisation, de celle du management, et du rattachement hiérarchique du poste mais de manière générale :

     

    Conseil N°1 : Veiller à rester positionné en tant que "facilitateur" et ne pas devenir pilote à la place du pilote (le courage managérial est une denrée rare et c'est toujours tentant pour le pilote… !)

    Conseil N°1 BIS : Répondez à toutes les questions en toute transparence, en rappelant la règle : le GT/GP propose, le management décide !

    Conseil N°2 : Aimer les "Humains" et être toujours persuadé qu'ils peuvent se réaliser individuellement dans le cadre d'un projet innovant.

    Conseil N°3 : Conserver son esprit critique et veiller à rester indépendant de tout lobbying interne (n'ayez aucun doute, tous les niveaux hiérarchiques sont concernés !)

    Conseil N°4 : Chaque projet c'est comme si le monde recommençait, en mieux, et en plus beau…

     

    Pour les autodidactes :

    Conseil N°5 : Faire l'itinéraire du Conseiller Interne en Organisation du CNFPT et poursuivre sur l'itinéraire de Coach Interne si besoin

     

    Conseils Bonus :

    Conseil N°6 : Le transfert d'activités d'une entité vers une autre est un projet à part entière

    Conseil N°7 : Attention à la charge mentale, prenez des vacances

    Conseil N°8 : Vous travaillez en interne, il est indispensable de rencontrer le plus souvent possible d’autres CIO et d’autres collectivités

    Conseil N°9 : [Inscrivez ici votre conseil personnalisé du jour ! ]

     

     Voilà, je pense avoir fait le tour.


  • Commentaires

    1
    Nadia TAIR MEBARKI
    Mercredi 15 Septembre à 09:54

    Merci Raph' pour ton témoignage.

    Tu dis que tu es un "cancre" mais... ton intelligence, ta vivacité, ton esprit curieux , ton optimisme...font que les personnes que tu accompagnes se sentent réellement écoutées et en confiance pour la suite du travail mené. Et cela, ça fait du bien!

    J'espère que tu en es conscient ? 

    Alors si j'ajoutais une phrase-conseil pour toutes les personnes qui se sont senties cancres au moins une fois dans leur vie "Il ne faut pas attendre d'être parfait pour commencer quelque chose de bien" (Abbé Pierre)

    Nadia



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :