• Edito

     Edito 18 du 26 mars 2020

    La fin d'un monde n'est pas la fin du monde *

     

    La pandémie de coronavirus nous plonge dans une situation inédite.

    Le calme des rues désertes, le chant des oiseaux retrouvé, les floraisons printanières, tout cela dégage une quiétude un peu surréaliste et trompeuse.

    En réalité, la pression monte chaque jour ; elle monte dans nos foyers frappés du confinement, dans les hôpitaux de plus en plus débordés, dans nos organisations de travail déstabilisées.

    Malgré les polémiques autour des mesures gouvernementales, le service public dans sa diversité tient bon et répond présent sur les territoires.

    Il joue pleinement son rôle protecteur et veille à préserver le vivre-ensemble.

    Personne ne peut deviner quelle sera l'issue de cette crise même s'il est évident qu'il y aura un avant et un après.

    Face à l'égoïsme de certains, aux incivilités et à la défiance, nous préférons célébrer la solidarité, la bienveillance et la foi en un avenir meilleur.

    La vocation des conseiller.ère.s en organisation est d'accompagner le changement.

    Notre réseau est une communauté apprenante fondée sur l'entraide et l'échange de pratiques.

    Dans le contexte actuel, nous avons beaucoup à apprendre et à partager pour contribuer à gérer au mieux la situation et pour anticiper les évolutions du service public.

    Alors, sauf absolue nécessité, on reste à la maison mais mobilisé.e.s pour l'intérêt général.

    Bon courage à tous et toutes. 

     

    Philippe GAMBIER,

    Président de l’andCO 

     

    * Institut des Futurs Souhaitables